Critique du film : Le Roi Lion (2019)

Cette semaine, je vous invite à quitter un peu le monde des parcs de Disneyland Paris pour vous proposer une petite critique sur le dernier film des Walt Disney Studios : le remake du Roi Lion en live-action pour lequel j’ai eu la chance d’assister à l’avant-première Française.

LionKingPoster

L’avant-première Française du film était organisée au Grand Rex à Paris en présence des voix Françaises du film le jeudi 11 juillet. Ma participation à cette avant-première est due à un coup de chance, j’ai en effet gagné des billets sur un jeu-concours organisés par The Walt Disney Company France.

L’invitation donnait rendez-vous au Grand Rex à partir de 18h15 pour un début à 19h30. Devant le cinéma plusieurs files étaient organisées pour les VIP, journalistes et influenceurs qui étaient majoritairement placés ensuite dans le parterre de la salle et une pour les gagnants du concours qui étaient placés au balcon.

Dans le lobby du balcon, un fond avec l’affiche du film permettait de se photographier et un tote-bag au logo du Roi Lion était distribué à tous les gagnants. Ce tote-bag contenait quelques goodies : un ballon de plage gonflable, un magnet, un pins et le bracelet Simba qui est normalement vendu dans les salles de cinéma et dont une partie du prix de vente va à la protection des lions.

Le placement au niveau du balcon était libre. La grande salle du Grand Rex est splendide au point de vue décoration mais qu’est-ce qu’on est mal assis sur les sièges du balcon avec les rangées hyper resserrées. L’attente se fait en visionnant les bandes annonces des futures productions Disney pendant que des maquilleuses sillonnent la salle pour grimer les enfants.

GrandRex1

GrandRex2

A 19h30, une représentante de The Walt Disney Company France vient faire un petit discours avant que les voix Françaises viennent dire quelques mots sur scène. Parmi elles : Jean Reno (Mufasa), Anne Sila (Nala), Jamel Debbouze (Timon), Rayane Bensetti (Simba adulte), Alban Ivanov (Pumba) et Sabrina Ouazani (Shenzi)

Voices

Le film débute ensuite sous en tonnerre d’applaudissements qui se répèteront régulièrement à la fin de plusieurs scènes clés du film.

Le film est à 90% une copie fidèle des scènes du dessin animé de 1994. Le réalisme des images est purement bluffant et la prouesse technique est de haut niveau. Tout semble réel que ce soit au niveau des décors et des animaux. Lors de la scène d’ouverture, on anticipe chaque nouvelle séquence en se demandant comment ils vont l’adapter en images de synthèse et à chaque fois on n’est pas déçu, l’âme du dessin animé est bien présente.

Bien que copiant le dessin animé, de nombreuses petites variations permettent d’approfondir l’histoire. Le rapport entre Mufasa et Scar est un peu + développé. Ce dernier gagne également en présence et en noirceur. Mufasa quant à lui gagne encore en majesté porté par la voix de Jean Reno ; le lien paternel avec Simba est renforcé et comparé au dessin animé j’ai trouvé que Mufasa gagnait encore en bienveillance et en bonté. Sarabi gagne également en importance dans l’histoire en refusant à plusieurs reprises de devenir la reine de Scar et en prenant la tête des lionnes. Quant à Nala, le rôle du personnage est lui aussi étoffé, on suit également mieux son parcours initiatique, sa volonté de ne pas se soumettre à la dictature de Scar. Sa fuite pour chercher de l’aide est portée par une nouvelle scène et la magnifique voix d’Anne Sila apporte encore + de profondeur au personnage.

Simba

Timon et Pumba apportent une note d’humour à l’histoire tout comme dans le dessin animé en participant à la formation du jeune Simba. Leurs dialogues reprennent principalement ceux de 1994 avec quelques variations en forme de clins d’œil à ceux qui connaissent les dialogues par cœur. Quelques private jokes sont disséminées au gré du film apportant une touche de fraicheur et le luau de Timon et Pumba est remplacé par une version désopilante de « C’est la Fête » extraite de la Belle et la Bête. Les voix Françaises collent parfaitement aux personnages.

Hakuna

Comme je l’ai indiqué + haut, d’un point de vue technique, le film est grandiose et on peut en dire autant de l’émotion. Le réalisme des animaux n’empêche pas de faire passer une forme d’humanité dans le regard qui est particulièrement travaillé. Mention spéciale à Rafiki. Les scènes clés sont toujours aussi prenantes notamment la discussion père-fils sous les étoiles, la mort de Mufasa (splendide et intense) ainsi que l’accession de Simba au titre de Roi Lion. Vu la quantité de reniflements, de bruissements de mouchoirs et de mains se portant discrètement vers les yeux dans la salle lors de ces scènes, on peut dire que l’émotion est bien là dans cette nouvelle version.

Les scènes de combat et d’action sont également particulièrement soignées et donnent une dimension nouvelle à la chute de Scar. La maîtrise technique et artistique est donc ici totale.

Après tant d’éloges, on peut cependant émettre quelques petites critiques. La première est au niveau du casting voix. La voix de Simba adulte ne colle vraiment pas avec le personnage et se trouve énormément en retrait devant la puissance vocale d’Anne Sila qui est parfaite dans le rôle de Nala. On regrettera aussi certains passages dans les chansons en Français notamment « L’histoire de la vie » et « je voudrai déjà être roi » qui ne sont pas parfaits. La seconde est l’absence des chansons « He lives in you » et « Shadowlands » qui bien qu’absentes du dessin animé de 1994 et introduites principalement dans la comédie musicale aurait pu être des ajouts de choix.

En conclusion, ce film est vraiment grandiose, le meilleur film de l’année pour le moment. Il est parfaitement complémentaire au dessin animé original et les 2 se regardent avec plaisir car ils dégagent une forte émotion. Personnellement je ne suis absolument pas fan des remakes en live action mais celui-ci fait exception car il respecte totalement l’œuvre originale. Certains pourraient voir une simple copie ; je vois plutôt ça comme un classique du théâtre ou de l’opéra que l’on prend plaisir à voir dans une nouvelle mise en scène. Je vous conseille fortement d’aller le découvrir en salle à partir du 17 juillet.